Nutrition

Ré

 Nutrition

Alimentation, manger modérément, manger mieux, un objectif à respecter.

 

 

A31

 

Notre santé est étroitement liée à notre alimentation. Une alimentation diversifiée et équilibrée associée à un minimum d’activité physique sont des facteurs de protection contre le cancer, les maladies cardiovasculaires, l’ostéoporose, le diabète, l’obésité et l’hypercholestérolémie. Parce que pour être en bonne santé il est important de bien manger, le Programme national Nutrition Santé a pour objectif général d’améliorer l’état de santé de l’ensemble de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition.

Un PDF pour vous : Les étiquetages alimentaires

Depuis Hippocrate, le rôle de l’alimentation dans la santé ne fait plus de doute. Mais quels aliments faudrait-il choisir en priorité pour espérer vivre plus longtemps ? Voici qu’une nouvelle étude suggère de manger épicé : la consommation régulière de piments serait associée à une réduction du risque de mortalité, en particulier par crise cardiaque et AVC.

Les épices sont utilisées de longue date pour donner de la couleur aux plats, relever leur goût et favoriser leur conservation. Elles possèdent aussi des propriétés médicinales qui étaient déjà exploitées par les médecins du Moyen-Âge. Les épices possèdent des propriétés antimicrobiennes, beaucoup sont anti-oxydantes et anti-inflammatoires et certaines auraient des propriétés anti-cancer. Elles pourraient donc participer à la prévention de nombreuses maladies.

Les piments ont pour particularité d’augmenter le catabolisme des lipides dans différents organes. Ils pourraient donc aider à prévenir l’obésité, l’hypertension, le diabète de type 2 et l’athérosclérose.   http://www.futura-sciences.com/sante/actualites/prevention-cancers-manger-epice-permettrait-vivre-plus-longtemps-54782/#xtor=EPR-17-%5BHEBDO%5D-20170123-%5BACTU-Manger-epice-permettrait-de-vivre-plus-longtemps%5D

L’alimentation de l’insuffisant rénal non dialysé doit lui permettre de préserver les fonctions rénales restantes et de retarder le début d’un traitement de substitution rénale (hémodialyse, dialyse péritonéale). Pour les patients dialysés, il est important d’éviter la dénutrition, car ceux-ci ayant été souvent longtemps en restriction protéique continuent le même régime en diminuant les apports en viande ou poisson.